Breaking news ! : « I’ll not cry, i’m not that weak ! … Well, just a little maybe. »


(Don’t panic de Coldplay)

L’espagnol a fini par avoir ma peau.

Le jour même où je devais passer mon épreuve d’espagnol, le jour où je NE DEVAIS PAS me réveiller en retard car mon centre d’examen était à 1h de mon studio, le dernier jour d’examen du bac… Ce jour-là, mon réveil n’avait pas sonné.

Panique, pleurs, désespoir, tant d’émotions qui m’ont parcourue en ce matin du 28 Juin 2011. Après avoir été prise par l’IUT Paris Descartes (réputé pour être sélectif), après avoir fait un grand pas vers la colocation sur Paris, après avoir passé toutes les autres épreuves du Bac, il fallait qu’il m’arrive cette tuile sur LA matière que je détestais, ma bête noire risquait de tout compromettre.

Charuruflex a repris ses esprits plus rapidement que moi, a appelé le centre d’examen, puis a roulé autour de 200km/h sur l’autoroute pendant que je déprimais dans la voiture, il a pu m’emmener à mon centre d’examen sans trop d’encombres. (On entendait juste le frigo destiné à notre colocation cogner contre les portes arrières comme un démené, rien de très grave hein ! Quoique…)

Puis là, stress. Et ensuite je pense que j’ai dû faire un black-out dans mon esprit. J’ai pu passer mon épreuve d’espagnol grâce à la gentillesse de l’examinatrice, j’étais d’ailleurs tombé sur un texte que j’avais bien compris : « Sirvienta en la capital« . J’ai dû raconter n’importe quoi dans le pire espagnol possible, mais.. j’en avais rien à faire, j’avais échappé de justesse à l’élimination.

C’était ainsi que ma propre expérience du Bac s’était finie. (Je ne veux plus jamais revivre un truc pareil !)

Mais ce n’était pas tout… Il fallait encore déménager toutes mes affaires de mon studio et le ranger de fond en comble l’après-midi, puis dire « au revoir » à mon premier studio où j’ai vécu toute seule. Cependant ceci est une autre histoire.

En tout cas, cette journée chargée en événements marqua la fin de mes jours à La Ferté Bernard en tant que lycéenne, et marquait le début d’une nouvelle vie, d’un nouveau quotidien.